Collecte des déchets

Suite à la parution du bulletin communal du mois d’avril et de mai, nous sommes heureux de constater que la majorité a tenu compte des remarques d’Agir Ensemble lors du dernier conseil communal du mois de mars concernant la collecte Intradel, à savoir : la publication d’une liste non exhaustive des déchets à mettre dans les sacs transparents et, comme nous l’avions suggéré, la mise sur pieds d’une séance pratique de tri.

Une phrase du bulletin de mai nous a interpelé : « …certains semblent un peu perdus ».

Il eut peut-être mieux valu écrire « Qui ne s’est jamais posé de questions sur la façon de bien trier ?

Le terme «certains »  est vraisemblablement restrictif  tandis que le terme « perdus » est inapproprié, voire péjoratif.

La personne qui se pose des questions n’est-elle pas un être sensé réfléchissant au mieux à la façon de se comporter et aux décisions à prendre, ce qui est probablement le cas de la grande majorité des habitants de notre commune  et non pas de « certains ».

Pour le groupe AE, Pol Gillet

Les revenus 2017 à Ouffet

Sur le site de Statbel, l’institut national de statistique belge (à l’adresse https://statbel.fgov.be/fr/themes/menages/revenus-fiscaux#figures), on peut trouver les revenus fiscaux des ménages soumis à l’impôt des personnes physiques par commune de résidence, et même par secteur, en 2017.

Le premier tableau ci-dessous vous montre pour Ouffet, des communes environnantes ainsi que les entités géographiques dont Ouffet fait partie, le revenu moyen des ménages et le revenu médian. Ce dernier est celui qui sépare la population en deux. 50% des ménages ont un revenu inférieur au revenu médian et 50 % des ménages ont un revenu supérieur.

On observe que les revenus moyen et médian d’Ouffet sont supérieurs à celui de Hamoir mais inférieur à celui des communes proches.

La dernière colonne donne l’écart entre le premier quartile (la valeur en dessous de laquelle se trouvent 25% des revenus) et le troisième quartile (la valeur en dessous de laquelle se trouvent 75% des revenus). C’est-à-dire l’intervalle dans lequel se trouve la moitié de la population qui est au centre de la répartition. C’est un moyen de rendre compte de la dispersion des revenus. On constate que l’intervalle est plus grand à Ouffet qu’à Hamoir mais plus petit que dans les communes proches et que dans les entités supérieures.

Entités administratives Nombre de déclaration Revenu moyen par déclaration Revenu médian par déclaration Différence interquartile
Clavier 918 53 867 47 152 35 970
Ferrières 1 010 53 135 47 332 33 165
Hamoir 744 49 602 43 856 31 989
Marchin 1 049 53 493 47 729 35 115
Modave 851 58 892 50 177 35 120
Nandrin 1 258 72 063 59 509 46 843
Ouffet 570 52 361 44 956 32 982
Anthisnes 869 59 114 49 113 38 171
Tinlot 521 61 955 53 886 41 193
Province de Liège 195 478 51 081 42 430 33 428
Arrondissement de Huy 21 033 55 951 47 112 36 881
Belgique 2 206 795 53 737 43 607 35 725
Région flamande 1 404 174 54 956 45 049 35 973
Région wallonne 645 299 52 439 43 079 34 693

Le deuxième tableau montre ces mêmes valeurs pour les secteurs d’Ouffet. Attention, quand le nombre de ménages est inférieur à 20, les valeurs ne sont pas publiées par souci de protection de la vie privée. L’écart entre le revenu médian le plus bas (22 744 euros au Néblon) et le revenu médian le plus haut (36 154 euros à Ellemelle-habitations dispersées) est de 13 410 euros. La Commune qui atteint le maximum est Beauvechain avec une différence de 55 323 euros entre les revenus médians des zones extrêmes.

On remarque également que c’est à Béemont que les écarts de revenus sont les plus grands avec un écart interquartile de 43 918 euros.

Nom du secteur Nombre de déclaration Revenu moyen par déclaration Revenu médian par déclaration Différence interquartile
OUFFET-CENTRE 607 30 342 23 872 24 145
PETIT OUFFET 204 31 711 23 774 22 735
TEMME 95 31 231 23 333 28 686
OUFFET-HABITATIONS DISPERSEES 103 34 710 28 404 41 120
NEBLON 24 . 22 744 21 134
RENALE-OUDEIGNE-HOUPE-LE-LOUP 8 . . .
WARZEE-CENTRE 305 33 042 25 927 26 115
BEEMONT 26 . 35 901 43 918
WARZEE-HABITATIONS DISPERSEES 14 . . .
ELLEMELLE-VILLAGE 87 36 510 29 127 37 305
ELLEMELLE CENTRE – EXTENSION 59 35 501 31 235 28 994
ELLEMELLE – HABITATIONS DISP. 30 37 816 36 154 19 612

 

 

Grâce pour l’épipactis hélléborine !

Depuis mars 2019, Agir Ensemble tire la sonnette d’alarme sur la dégradation de l’ancien vicinal, propriété de la Commune qui part presque de la rue Brîhî Tiyou en face de l’ancien « Mille Roses » jusqu’à la limite avec Anthisnes. Et nous avons réclamé la fermeture totale et sur toute sa longueur à tout véhicule motorisé.

Après une année, nous pensions avoir été entendu quand, le 4 avril 2019, le «  Conseil communal a décidé, à l’unanimité des membres présents, que le chemin dénommé «Chemin du Tram sous Troydo», entre la rue Brihî Tiyou et la limite de communes avec Anthisnes serait réservé à la circulation des piétons, cyclistes et cavaliers, véhicules agricoles et véhicules pour l’exploitation forestière. Et que la mesure serait matérialisée par le placement de signaux F 99 c et F 101 c. »

Or, nous apprenons que le Collège Communal a accepté que ce chemin soit emprunté par les motos lors d’un enduro le dimanche 25 août. Comment leur est-il possible de bafouer un règlement qu’ils  ont établi ? La réponse est simple :  « la signalisation n’a pas encore été posée (elle a été commandée) et le règlement complémentaire concerné n’a pas fait l’objet de la publication requise (indispensable au moins 5 jours avant sa mise en application). Le règlement concerné n’est donc pas en vigueur à ce jour. »

Il y a l’esprit et il y a la lettre. Selon la lettre, la décision d’autoriser l’enduro ne souffre donc pas d’irrégularité. Mais selon l’esprit, par contre… C’est comme dans les pubs anglais. Pour contourner, la limitation à de courtes périodes d’ouverture en journée et l’obligation de fermeture sous-jacente, les clients commandent plusieurs verres avant la fin comme pour en profiter au maximum.

Les véhicules à moteur (à l’exception de quelques-uns liés aux exploitations forestières et agricoles riveraines)  seront interdits… Quand ? Dès que les plaques seront arrivées. En attendant, qu’ils en profitent au maximum. Même si les modes doux doivent s’écraser ces jours-là et que la dégradation de la flore risque d’être irréversible.

C’est un endroit paisible, ombragé qui habite une faune inhabituelle et une flore exceptionnelle. Si malheureusement au début du chemin tout a été détruit par la machine, plus loin on peut découvrir des orchidées sauvages. En effet, quelques « épipactis hélléborines » sont réapparues. Elles sont juste à fleur de sentier. Elles ne sont pas nombreuses mais ne demandent qu’à croître. Que les amendes infligées lors de la destruction de n’importe quelle orchidée soient sévères, n’inquiète probablement pas le Collège non plus…

 

Les résultats des élections fédérales pour Ouffet

C’est surprenant !

Comme on peut le voir sur ce petit graphique extrait du Soir en ligne, le MR perd 18,1 % des voix tandis que le CDH en perd 3,9 % par rapport à 2014. Pour ces deux composantes qui forment l’Entente Communale, cela  fait un total de 37,9 % des suffrages.

Par ailleurs, le PTB (+ 7,9 %), Ecolo (+5,8 %), le Collectif Citoyen (+5,1 %), DéFI (+2,4) et le PS (+0,6 %) sont en progrès.

Faut-il rappeler qu’en octobre passé, l’EC recueillait 2/3 des  voix. Les lignes peuvent bouger chez nous aussi…

Autrement surprenant est le résultat des élections pour le parlement wallon. Dans ce cas le MR est en progression tandis que le Cdh s’effondre… Pour ces deux composantes qui forment l’Entente Communale, cela  fait un total de 49,8 % des suffrages.

 

 

 

 

Avez-vous seulement un plan ?

Promoteurs du projet, délivreurs d’avis venant de diverses instances compétentes et décideurs, c’est à vous tous que s’adresse ma question.

Au début des années septante, tout le village de Warzée a déjà connu une transformation importante : suite au remembrement des terres dans l’optique d’une agriculture plus mécanisée et plus industrielle, on a connu la suppression de  chemins, de haies, de nombreuses autres plantations, de petits étangs et de marécages. Avec un appauvrissement tant en faune qu’en flore…

Le paysage condruzien, sans pylônes,  avec ses pentes douces, ses courbes régulières et sa couverture verte ou dorée, est un lieu apaisant. Implanter des mastodontes blancs de 150 m dans un relief dont le sommet culmine à 300 m d’altitude, c’est une vraie défiguration. Et on ne peut pas répondre que les éoliennes sont belles pour certains et qu’il ne s’agit que d’appréciation personnelle…

Si les populations des villages avoisinants doivent faire le deuil de leur environnement direct et accepter des transformations très profondes, cela devrait être pour de très, très bonnes raisons. La question est donc : y a-t-il un plan global à l’échelle de la région, du pays, de l’Europe, du monde pour garantir les besoins essentiels énergétiques et éviter une catastrophe climatique ?

En particulier :

– Est-on prêt à dire (du côté des responsables) et à accepter (du côté des consommateurs) une réduction de la consommation énergétique, notamment en termes de transport et de chauffage des maisons ? Peut-on encore faire croire à la croissance économique sans considération des ressources disponibles ?

– A-t-on bien évalué les risques de catastrophe climatique d’une part, et nucléaire d’autre part, en définissant des priorités et en étudiant de près la sortie du nucléaire ?

– Sachant que la production d’énergie éolienne est intermittente et que le stockage n’est pas encore au point, que prévoit-on comme production d’énergie en parallèle ? Sont-ce des sources vierges de CO2 ? Et que se passe-t-il en période de surproduction comme on l’a connu il y a une dizaine de jours ?

– A-t-on dressé un cadastre au niveau de la région wallonne, des lieux susceptibles d’accueillir des éoliennes ? Plusieurs communes condruziennes sont déjà impactées. Pourquoi en implante-t-on un petit nombre en tant d’endroits, avec l’impression qu’il y en a partout ? Pourquoi ne pas les concentrer ? De la route qui va des villages de Pair à Warzée, on voit les éoliennes de Modave comme on verra celles de Tinlot et celles d’Ouffet à plus ou moins 120° d’intervalle.

Si vous nous demandez de sacrifier notre environnement direct et que vous n’avez pas de réponse à ce questionnement, comment pourrions-nous l’accepter sans croire que nous sommes les dindons de la farce et les victimes d’un groupe qui n’a pensé qu’à faire de l’argent ?

Benoît Jadin

Agir Ensemble rallie le Collectif Citoyen

« Le Collectif citoyen est né de la volonté de citoyens de terrain, comme vous et nous, de faire bouger les lignes politiques et d’imposer à la classe politique de nouvelles pratiques vers plus d’éthique, de transparence, de participation citoyenne et d’efficacité. »

AE a rejoint le groupe et Manu Lobet nous représentera comme candidat aux élections régionales.

Vous pouvez rejoindre le collectif en cliquant « Je participe » à l’adresse https://collectifcitoyen.be/

 

 

Permanences

Les élus d’AE tiennent une permanence aux Pahys (rue des Pahys n°6 à Ouffet) aux dates suivantes :

Lundi 1 avril 2019 à 19h30

Jeudi 18 avril 2019 à 17h00

Mercredi 30 avril 2019 à 18h00

N’hésitez pas à venir nous rencontrer pour quelque question communale que ce soit.

 

 

Un nouveau projet éolien à Warzée

Conseil Communal du lundi 25 février 2019

Présentation du projet éolien de la Société ELICIO

Marie Descamps, a présenté le nouveau projet qui comprend 5 éoliennes dont une sur la commune de Clavier et 4 sur la commune d’Ouffet. Le foncier est déjà sécurisé (ce qui veut dire qu’il a acceptation des agriculteurs). L’étude d’incidence est confiée au bureau CSD.

Elicio, anciennement Electrawinds, a été en faillite puis racheté en 2014 par Tecteo, filiale opérationnelle de Nethys. La société a réalisé de nombreux projets sur sol et offshore, et d’autres sont en cours en Belgique et à l’étranger.

L’Eolien, pour Madame Descamps, c’est du renouvelable et des engagements à satisfaire en termes de réduction de CO2. 330 éoliennes étaient en place fin 2016 pour une production de 1310 GWh/an, il en fallait encore 500 à 600 pour une production de 4400 GWh/an.

Les 5 éoliennes sont bien situées au niveau vent, hors de zones boisées. L’ancien projet n’avait pas abouti à cause d’une implantation qui ne respectait pas les lignes de paysage. Des corrections ont donc été apportées…

Chaque éolienne mesure 150 m, pale comprise (une centaine de mètres pour le mât) avec une puissance entre 2 et 3 MW. On attend du parc une production de 30 GWh/an, soit la consommation de 8500 ménages.

Une des éoliennes sur les 5 serait citoyenne (sous tutelle communale ou d’une coopérative ou …)

Dépôt de Permis d’Urbanisme fin 2019-début 2020, construction et mise en service espérée pour 2022…

C’est la quatrième projet d’Elicio (auparavant Electrawinds) sur la commune et le troisième à cet endroit. Je l’ai fait remarquer à Mme Descamps en lui précisant que si les tentatives précédentes avaient échoué, c’est que les gens n’en voulaient pas. Je lui ai demandé pourquoi ils insistaient malgré tout. Elle a répondu que c’est parce qu’ils croyaient au projet… On peut aussi penser qu’ils espèrent y arriver à l’usure en prenant chaque fois en compte les arguments des refus précédents…

Pour en savoir plus et pour pouvoir réfléchir à ce dossier complexe, rendez-vous le 18 mars à 19 heures, Salle aux Oies à Ouffet, pour la RIP (réunion d’information préalable).

B. Jadin

 

 

Dépenses électorales à Ouffet, EC-AE : 10-1

Avant les élections, nous avons publié nos dépenses électorales ainsi que l’origine de nos fonds.  Nous vous invitions à faire un pari : « le montant dépensé par la liste de l’Entente Communale est-il 5 fois ou 10 fois supérieur à celui de la liste Agir Ensemble ? »

Le verdict est tombé. Dix fois plus de dépenses pour 2 fois plus de suffrages. Heureusement qu’il n’y a pas proportionnalité et que l’électeur ne se laisse pas bercer par des belles photos et du papier glacé.

Alors que les dépenses électorales 2018 d’Agir Ensemble ont été de  864,16 euros (voir le détail à l’adresse http://ae-ouffet.be/depenses-electorales/), celles de l’Entente Communale s’élèvent à 8 775,79 euros.

Pour ce qui est de l’origine des fonds, chaque candidat a pris en charge 797,80 €. Il faut dire que pour un bourgmestre, un échevin ou un président de CPAS, il s’agit d’un investissement récupéré dès le premier mois du mandat.

Lendemains d’élections

– On peut partager ou non un avis, mais on ne peut pas déclarer de façon péremptoire qu’il est juste ou faux.

– On ne peut pas décréter à propos de soi, qu’on est social ou pas, ouvert ou pas (pour peu que ces mots veuillent dire quelque chose). Il vaut mieux laisser aux autres la liberté de juger.

– On ne peut pas adopter une attitude schizophrénique, se réclamer neutre ici et rattaché à un parti là-bas. On doit assumer ce que fait son parti quand il est au pouvoir fédéral et à la Région Wallonne.

– Il faut pouvoir faire la part des choses entre ce qu’on est et ce qu’on fait même si l’un influence l’autre. En termes politiques, ce sont les actions qui comptent, ce sont elles qu’on approuve ou qu’on condamne. Il ne s’agit pas de remettre en cause des personnes mais leurs gestes politiques et leurs appartenances idéologiques.

– Il est préférable d’opérer la distinction entre les sphères privée et politique bien qu’elles aient une intersection non vide.

Article de L’Avenir du 16 octobre 2018

Article de La Meuse du 16 octobre 2018